top of page
Rechercher

L'hypnose pour remédier aux troubles du sommeil


Selon une étude de l’INSERM, 1 personne sur 3 souffre de troubles du sommeil. Ça mérite donc un petit tour d’horizon autour des solutions qui pourraient être aborder via l’hypnose…





Déjà, c’est quoi un bon sommeil ?

On dit qu’une bonne nuit dans les bras de Morphée représente 3 à 5 cycles complets de sommeil. Un cycle complet dure environ 1h30 et passe entre autres par deux phases : le sommeil lent et le sommeil paradoxal.


Le Sommeil lent


Lorsque vous vous endormez, vous vous plongez dans une phase appelée "sommeil lent". Cette période là, qui dure de 60 à 75 min, est indispensable car c’est un état dans lequel le corps récupère toute la fatigue physique accumulée durant la journée. Le cerveau est calme, reposé. Ses ondes cérébrales ralentissent.

Durant cette phase de "sommeil lent", ce sont aussi de nombreuses molécules qui sont synthétisées par l’organisme, dont celles responsables de notre croissance et de notre défense immunitaire.


Le Sommeil paradoxal

Durant cette phase de "sommeil paradoxal", le tonus musculaire du corps est quasi nul. Mais en revanche notre cerveau, lui … il se prend pour le nouvel Indiana Jones ! Il se met à fonctionner à plein régime ! Les rêves (plus ou moins agréables) s’activent. Sous forme d'histoire, ils sont crées par notre inconscient qui tente de faire remonter à la surface de notre conscient des désirs, des peurs, des émotions qui bloquent dans notre corps.

Cette phase dure une quinzaine de minutes. Elle est aussi primordiale car elle permet de mémoriser toutes les nouvelles informations apprises durant la journée (le fameux coup de « je lis mon cours de mathématique juste avant de m’endormir pour réviser l’interro du lendemain), elle sert aussi à récupérer psychiquement et aussi à capter certaines solutions à nos problèmes (l’autre fameux coup de « La nuit porte

conseil »).

Avant d’entamer un nouveau cycle de sommeil, on passe par une phase de court éveil qui reste souvent inconsciente, puis on retombe à nouveau dans un sommeil lent, et paradoxal, et ainsi de suite jusqu’à ce que notre duo Corps/Tête se sente parfaitement reposé et rempli d’énergie pour commencer une nouvelle journée !



Quels sont les différents troubles du sommeil ?

1. J’ai peur de ne pas réussir à m’endormir… ou quand on devient l’expert mondial de l’auto-hypnose nocébo !

L’angoisse de ne pas réussir à s’endormir présente l’une des difficultés les plus communes à ceux qui souffrent de trouble du sommeil … En gros, c’est le grand classique de « J’ai peur d’avoir peur » qui m’empêche de …

Alors les pensées s’emballent, et il devient quasi impossible de les arrêter, elles nous repassent en boucle la journée de travail active, les évènements stressants accumulés, les To do list plus ou moins urgentes…

Dans ces moments là, avoir la volonté de s’endormir peut virer à l’obsession. Et c'est cette obsession qui va devenir la garantie d’une future insomnie. On s’auto-persuade qu’on n’y arrivera pas, et on se crée comme une forme d’auto-hypnose nocébo.

Et plus cette auto-hypnose nocébo est pratiquée, plus elle deviendra facile et rapide et inconsciente : le corps finit par connaître parfaitement toutes les sensations inconfortables à activer, les pensées savent exactement où amener l’esprit …


Comme une danse qui, d'elle-même, a fini par s'être parfaitement chorégraphiée.


Apprendre à transformer son Auto-hypnose Nocébo en Auto-hypnose Placébo


Nocébo = résultat psycho-physiologique négatif (limitant)

Placébo = résultat psycho-physiologique positif (bénéfique)

Et bien, si l’on est capable de devenir un expert en Auto-hypnose Nocébo avant de s’endormir, alors on est tout aussi capable de devenir un expert en Auto-hypnose Placebo !

La séance d’hypnose permet alors d’aller travailler sur la focalisation d’un point fixe, puis sur la focalisation d’une image mentale agréable, puis de lier cette image mentale agréable au corps, aux quatre sens pour l’amplifier et la faire durer le plus longtemps possible.

Cette capacité de savoir tenir volontairement/consciemment et le plus longtemps possible un point de focalisation nécessite un apprentissage, une véritable maîtrise du corps et de l’esprit (Bruce Lee sort de ce corps !).


Cette compétence de focalisation axée sur le placebo plutôt que le nocébo, une fois apprise, permet de développer ensuite des ressources internes très riches et aidantes pour plein d’autres domaines de sa vie : travail, projet perso, sport, etc…


2. Je suis souvent réveillée en pleine nuit par un même cauchemar qui tourne en

boucle ...

Les réveils prématurés sont souvent le symptôme d’un traumatisme qui a marqué l’inconscient, et que le conscient peine à comprendre, à accepter, à lâcher-prise.

Le sommeil devient alors cet espace dans lequel la « perte de contrôle » s’autorise. En phase paradoxal, les gardes fou du conscient ne sont plus là, et des informations liées à un traumatisme (refoulé en état d’éveil) peuvent alors être traitées.

On ressent alors comme une angoisse, parfois violente, et on se réveille au milieu de la nuit sans véritablement savoir pourquoi.

L’objectif pour ce cas là ?

Avec l’hypnose, l’état de transe hypnotique va permettre à la personne de se connecter volontairement à cette émotion qui bloque, afin d’aller la transmuter, d’y mettre plus de souplesse, de permettre au conscient de travailler de concert avec l’inconscient.


Il s’agit souvent de sortir d’une résistance pour couper un lien, faire un deuil, accepter une situation …






Comments


bottom of page